Kasiala Saida Fortune, première chaudronnière dans l’histoire du Chantier Naval

Lundi 12 mai 2014

Kasiala Saida Fortune, est une jeune femme qui travaille au sein de la société CHANIMETAL, plus précisément au service technique en chaudronnerie. Elle a su s’intégrer dans un métier généralement réservé au sexe masculin. Ci-dessous quelques questions qui lui ont été posées, concernant cette exclusivité dans le monde africain.

La chaudronnerie est une branche industrielle qui couvre l’ensemble des activités de mise en oeuvre des métaux en feuilles, des tubes et des profilés entrant dans la réalisation d’équipements destinés aux divers secteurs comme les constructions navales, métalliques etc.

  • QUELLE A ÉTÉ VOTRE MOTIVATION DE FAIRE UN MÉTIER QUI EST GÉNÉRALEMENT RÉSERVÉ AUX HOMMES?  J’ai eu cette motivation dès mon enfance. C’était mon métier de rêve et ça l’est encore aujourd’hui. Au début mes parents n’étaient pas du tout d’accord avec ce choix. J’étais alors dans l’obligation de faire la Biochimie aux humanités. C’est après ces études que j’ai eu plus de liberté. Donc je me suis orientée vers la Technique où je me trouve aujourd’hui.
  • AVEZ-VOUS RENCONTRE QUELQUES CONTRAINTES SUR LE TERRAIN PAR RAPPORT AUX REGARDS DES HOMMES? Il y avait des cris de joie d’hommes partout, ils étaient sans doute étonnés ça c’était une première pour eux. Ils m’ont accueilli avec  beaucoup d’enthousiasme mais aussi avec un certain scepticisme, certainement qu’ils se demandaient si je m’en sortirai. C’est au fil du temps qu’ils ont compris que j’étais peut être une femme « biologiquement » mais que quelque part j’avais des hormones masculins parce que je m’en sortais autant qu’eux.
  • SUR LE CHANTIER, COMMENT PARVENEZ-VOUS A GARDER VOTRE INTIMITÉ LORSQUE VOUS DEVEZ VOUS CHANGER? Le problème ne se pose pas pour moi parce qu’il ya une toilette de femmes où je me change avant et après le service. Mais pour les hommes ce n’est pas toujours simple, on me chasse un peu avant la fin du service pour qu’ils puissent se changer tranquillement.
  • PENSEZ-VOUS QUE SEULE LA FORCE MASCULINE EST-ELLE NÉCESSAIRE POUR EFFECTUER CE GENRE DE TRAVAUX? Parfois, les travaux en effet nécessitent une force musculaire énorme et pourtant je ne me suis jamais mise en quarantaine lors de ces travaux. J’ai toujours fait ce que l’on me demande de faire.                                                                                                                                                                                                      INTERVIEW FAITE PAR L’ETUDIANTE DU LYCÉE PRINCE DE LIÈGE, DENISE BERETE STAGIAIRE  A CHANIMETAL.
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *